les 146 anciens élèves de Sainte-Marie morts pour la France, 1914-1918

 

 

Joseph BALP

 

 

BALP Joseph, fiche MPLF

 

 

Joseph Balp est né le 27 mai 1889 à Vienne (Isère). Il est mort le 25 septembre 1914 à Foucaucourt (Somme).

 

fiche matricule de Joseph Balp

 

BALP Joseph, fiche matriculejpg
fiche matricule de Joseph Balp, né le 27 mai 1889

 

 

Sainte-Marie, Livre d'Or, 1914-1918

Joseph Balp n’a point terminé ses études au Collège Sainte-Marie ; mais il y est resté assez longtemps pour qu’on ait pu apprécier la délicatesse de ses sentiments, due à une parfaite éducation de famille. On suivait de si près l’œuvre de sa formation intellectuelle et morale !

Son régiment, le 22e d’Infanterie, fut d’abord envoyé dans les Vosges et nombreuses furent les journées où le jeune fantassin vit la mort de bien près.

Mais les réalités du champ de bataille, la pensée des balles et des obus, toujours à redouter, n’avaient point altérer se gaieté habituelle. On l’aimait pour son humeur joviale, on l’aimait aussi pour son extrême obligeance. Faire plaisir, rendre service, c’est la pente des âmes généreuses ; c’était la sienne, au dire de tous ses camarades, attirés par un compagnon aussi serviable. Cette allure de soldat bien élevé, mais «bon enfant», donnait à ses paroles une force singulière, lorsqu’il s’agissait d’encourager et d’entraîner les timides. Les chefs eux-mêmes avaient su discerner son mérite. Comme il parlait couramment l’allemand, son colonel n’était point fâché de le sentir près de lui, et de l’employer aussi comme agent de liaison.

Mais ce qu’il y avait de remarquable dans ce jeune homme, c’est qu’il sentait croître au milieu des dangers sa foi et sa confiance en la Très Sainte Vierge. Il lui attribuait une protection souvent efficace, et se plaisait à mériter de nouvelles grâces en se faisant un devoir de la remercier pour les grâces déjà reçues. C’est par le chapelet qu’il traduisait sa reconnaissance, et durant les marches militaires, il aimait à le dire, en se procurant ainsi ce sursum corda [Haut les cœurs !] des âmes vaillantes qui ne veulent point oublier, à travers toues les tempêtes de la terre, les régions où l’amour fait disparaître toutes les haines…

Sa dernière lettre fut même empreinte d’une foi plus ardente que jamais. Il savait qu’en parlant ainsi à son père et à sa mère il leur apportait le meilleur témoignage de sa tendresse. C’était leur causer leur plus douce consolation. Il se réjouissait donc d’avoir pu, le 20 septembre, assister au Salut dans le petit village où il cantonnait, de s’être confessé et d’avoir fait, le lendemain, la sainte Communion.

Or, peu de jours après, le 24, à la suite d’une alerte, il partit vers les 4 heures du soir, et fut envoyé à l’attaque du village de Foucaucourt, distant de 6 kilomètres. Une balle l’atteignit au ventre, alors qu’il était à 300 mètres environ du cimetière. C’est là qu’il est inhumé.

 

 

 

de 1910 à 1912, Joseph Balp a effectué son service militaire au 22e RI

 

soldats du 22e RI, vers 1910
soldats du 22e régiment d'Infanterie, vers 1910

 

soldats du 22e RI en manœeuvres, 1910
soldats du 22e régiment d'Infanterie en manœuvres, été 1910

 

 

Josep Balp est mort et a été enterré à Foucaucourt (Somme)

 

creusement_de_tombes__cimetie_re_mili_de_Faucoucourt__1916_jpg
creusement de tombes au cimetière militaire de Foucaucourt, 1916 (source)

 

inhumation, cimetière mili de Faucoucourt, 1916 (1)
inhumation au cimetière militaire de Foucaucourt, 1916 (source)

 

inhumation, cimetière mili de Faucoucourt, 1916 (2)
inhumation au cimetière militaire de Foucaucourt, 1916 (source)

 

Foucaucourt, cimetière militaire, croquis (1)
cimetière militaire de Foucaucourt (source : Forum14/18)

 

Foucaucourt, cimetière militaire, croquis (2)
cimetière militaire de Foucaucourt (source : Forum14/18)

 

 

 

Autres anciens de Sainte-Marie ayant appartenu au 22e régiment d'Infanterie

 

 

- retour à l'accueil